Les années viticoles dialoguent, se font écho. Elles sont un réservoir de mémoire.

Un millésime est un exploit toujours personnel et souvent périlleux, une sorte de lancement de fusée en orbite avec tous les risques afférents, avant que leurs créations ne soient lâchées dans la vraie vie.

Nos vigneronnes et nos vignerons nous cisèlent les sens, le visuel, l’olfactif, le gustatif et même l’auditif grâce à leurs vins qui nous racontent des histoires. Tout feu, tout flamme, elles/ils élèvent leurs vins avec la franchise, l’authenticité, la classe et le talent qui les caractérisent. Il en ressort une impression de travail de passion, de perfection, de temps suspendu. Des rencontres magistrales. Nietzsche expliquait que la littérature française avait inventé «une sorte de musique de chambre de l’âme». On pourrait parler ainsi des vins du nouveau millésime.

Les vins du Valais, version 2017, ont des textures, du volume, du relief, quelque chose de vivant. Ils peupleront nos caves aussi sûrement que des amis. Au printemps, jolie saison, on est souvent en partance. Alors «partir, partir», comme le chante Julien Clerc. Partir en Valais, pour découvrir un fabuleux millésime. Sur l’écran des Vins du Valais, les crus 2017 sont plus que jamais vivants. Et nous, on a envie que le public s’émerveille devant cette poésie !

 

Ferme Asile – Sion

3 Mai 2018

Crédits photos : © Mireille Stegmüller