©Service de l’agriculture

Conférence de presse – 28.03.2022 – Service de l’agriculture

Viticulture – Mildiou, bilan 2021 et perspectives 2022

Maladie fongique de la vigne, le mildiou a causé des dégâts historiques dans le vignoble valaisan en 2021, indépendamment du mode de production, conventionnel ou biologique. Avec 22,7 millions de kilos de raisins encavés, la récolte 2021 a été la plus faible depuis 1966. Pour autant, cet événement demeure exceptionnel et la nouvelle saison viticole qui débute doit être abordée avec sérénité. 

Dans la grande majorité du vignoble valaisan, les travaux de taille ont été réalisés normalement ce printemps. C’est un signal positif donné par les producteurs de raisins, après l’année 2021 marquée par la plus faible récolte depuis 1966. Principale cause, le mildiou dont la virulence sans précédent a été favorisée par les conditions météorologiques. Celles-là mêmes qui ont empêché les viticulteurs d’intervenir correctement et en temps voulu, qu’ils travaillent en production conventionnelle ou biologique. C’est ce qui ressort des données scientifiques récoltées par Agroscope. Elles illustrent l’effet dévastateur des épisodes de pluie importants et incessants entre la mi-juin et la mi-août, conjugués à la forte croissance de la vigne.

Pour autant, cet événement doit être considéré comme exceptionnel. Une épidémie telle que celle liée au mildiou ne dépend pas de la saison précédente, mais des conditions météorologiques de l’année en cours. 2021 a montré l’importance de l’observation des vignes et du partage d’informations entre les vignerons. C’est pourquoi le Service de l’agriculture, Agroscope, l’institut de recherche en agriculture biologique (Fibl) émettent régulièrement tout au long de la saison des communiqués phytosanitaires et des conseils techniques. Il existe également des outils d’aide à la décision en matière de traitement phytosanitaire, comme la plateforme agrometeo.ch. Dans tous les cas, il est important de connaître son parcellaire (sensibilité des cépages, vigueur et précocité des parcelles, système de conduite), de définir les parcelles les plus sensibles à traiter en priorité et de réaliser l’ensemble des travaux en vert avec rigueur. Finalement, le succès de la lutte contre les maladies fongiques, dont le mildiou, réside en quatre points clés, quel que soit le mode de production : intervenir au bon moment, avec le bon produit, le bon dosage et la bonne application.

La nouvelle saison débute alors que le secteur vitivinicole valaisan est confronté à de nombreux défis majeurs, en termes de structure et d’encépagement du vignoble, de protection phytosanitaire ou de relève notamment. L’Etat du Valais s’implique fortement au niveau cantonal, en débloquant un crédit complémentaire de 14 millions pour les producteurs de raisins, en travaillant avec la branche à la définition d’une vision 2035, en contribuant à la réduction des risques liés à l’utilisation des produits phytosanitaires ou encore en collaborant avec Agroscope dans des programmes de recherche. Le Canton s’engage aussi au niveau fédéral, en soutenant les principes d’une assurance récolte, d’une contribution à fonds perdu pour le renouvellement du capital plante et d’une réserve climatique.

 

Voir les présentations de l’Agroscope et de l’Office de la viticulture